Le blog d’Evelyne

Blog

Intérieurs et autres paysages

L’exposition de Jean-François Sineux, qui a illustré la couverture de Mes maisons d’écrivains est une merveille de célébration de la vie et de l’intimité. Colorée, vivante, poétique, son oeuvre décline des intérieurs, des jardins, des vérandas printanières, des maisons qu’on devine chaleureuses même quand il fait froid. Les fleurs, les fruits, les légumes, les animaux, les enfants : tout ce qui vit y a sa place.

Galerie Place des Arts

9 rue des Croisiers

14 000 Caen

du 5 au 15 mai 2019 (0608438923)

Blog

Impression…

J’en rêvais depuis longtemps : assister à l’impression de l’un de mes livres.

Plus j’avance dans ce « métier » d’écrivain, plus je m’aperçois que contrairement à la légende, ce n’est pas une activité solitaire. On parle de la « chaîne » du livre. C’est si vrai ! Bien sûr, l’écriture elle-même est un exercice individuel, qu’il se pratique dans la solitude ou dans un lieu fréquenté. Mais

Continuer la lecture de Impression…

Blog

Janvier 2019

Le début de cette année nous oblige à une réflexion sur notre positionnement personnel face aux questions posées par les « gilets jaunes », face aussi à la violence, aux destructions, aux blocages. Ce blog n’ayant pas pour vocation d’exprimer mes positions politiques, je me contenterai d’affirmer l’espoir que le dialogue l’emporte sur la violence et la démocratie sur les factions. Ces événements auront eu l’avantage d’engager le débat. Plus que jamais, il me semble important de nous relier aux autres, de parler et d’agir de façon désintéressée, tolérante et si possible généreuse. L’amour, l’amitié, la beauté, la gentillesse, la culture sont plus que jamais nécessaires. Cela vous paraît niais ? Pour moi, c’est essentiel. 

Continuer la lecture de Janvier 2019

Blog

Prix Femina des lycéens

ab5a5527-2445-4fc2-83b9-8d84353b1b16

Isabelle Desesquelles  est la lauréate du 3e Prix Femina des lycéens avec Je voudrais que la nuit me prenne (Belfond).

Au cours d’une journée festive, dans la nouvelle (et somptueuse) bibliothèque Alexis de Tocqueville de Caen, les 14 délégués, venus de toute la Normandie ainsi que de Lille et Tourcoing, ont délibéré. Les débats ont été animés.

Continuer la lecture de Prix Femina des lycéens

Blog

Contre les violences faites aux femmes

 Joie en participant  à la manifestation des femmes le 24 novembre 2018. Je craignais, qu’en raison de la médiatisation  des « Gilets jaunes » et des violences sur les Champs-Elysées, peu de monde ne se déplace pour ce mouvement dont les médias officiels avaient si peu parlé. La réalité m’a donné tort, et tant mieux. J’ai retrouvé, en dépit de la gravité du sujet, quelque chose de l’espoir et de la jubilation qui nous portaient, nous les féministes « historiques », quand nous réclamions le droit à l’avortement ou l’égalité des droits, qui eux, sont loin d’être acquis dans les faits.  L’autre raison d’être optimiste, c’est le nombre de jeunes femmes, et d’hommes qui participaient à cette marche. A l’évidence, le témoin de la lutte est passé. Certes, dans bien des domaines, il y a eu une régression. Mais mieux que #Metoo qui reposait sur la dénonciation individuelle (libératoire, néanmoins)  le mouvement collectif peut faire avancer les femmes, et défendre aussi tous ceux qui subissent aujourd’hui des agressions ignobles, comme les homosexuels. Personnellement, je ne me repère pas dans la multiplicité des groupes et des sous-groupes qui composent le mouvement féministe, et cela m’indiffère. Il en a toujours été ainsi. Tout le monde a sa place pourvu que l’objectif soit commun. Il n’est pas non plus question pour moi de prétendre que les femmes sont les seules à subir la violence , y compris dans les couples; mais statistiquement, elles sont infiniment plus nombreuses.

Même si les médias ont peu rendu compte de cette mobilisation dans toute la France, je suis certaine qu’elle aura une suite. Et je l’espère. Non seulement pour les femmes de ma génération, mais pour celle de mes filles et de mes petites-filles.

DsyELCLXoAE9PDIIMG_2931

 

Blog

Prix Femina 2018

Grande joie et fierté de voir couronné à la quasi unanimité le roman majeur de ces dernières années : Le lambeau de Philippe Lançon. Ce livre résulte non seulement d’une expérience atroce qui a grièvement blessé son auteur et horrifié le monde – la tuerie de Charlie Hebdo en janvier 2015 –  mais aussi d’une plongée dans les profondeurs de l’intime, d’un chemin de croix de la souffrance qui mène à la reconstruction d’un homme. Pas de haine, pas de dénonciation, pas de règlement de comptes, mais des rencontres essentielles comme celle de Chloé, la chirurgienne, des lectures (Proust, Kafka…), des musiques, et surtout, l’amour des proches, des amis, leur accompagnement.

La question absurde de savoir s’il s’agit de fiction ou de réalité ne se pose même pas. Dans sa construction, son écriture, son accomplissement, le livre pulvérise ces catégories de moins en moins pertinentes.

Le Prix du roman étranger est allé à Alice Mc Dermott pour La neuvième heure, et celui de l’essai à Elisabeth de Fontenay pour Gaspard de la nuit. Deux femmes, dont l’une tisse patiemment une oeuvre consacrée aux Irlandais pauvres dans l’Amérique du début du vingtième siècle, et l’autre une oeuvre philosophique essentielle. Du Silence des bêtes à Gaspard de la nuit, c’est aussi l’humain qu’Elisabeth de Fontenay interroge. Sous la démarche rigoureuse de la philosophe, s’inscrit une humanité vigilante et une grande sensibilité.

41bp+qhK8ALZ

Blog

Femina des lycéens 2018

livres

L’édition Femina 2018 des lycéens est lancée !

Le Femina des lycéens est organisé grâce à un partenariat entre le jury Femina les rectorats de Caen et de Rouen et l’Association des libraires Indépendants de Normandie. Comme les années précédentes, les élèves de 1ère liront les livres de la 2ème sélection du Femina divulguée le 5 octobre.  Tous les auteurs de ces livres seront sollicités pour rencontrer les lycéens ainsi que les lecteurs des librairies indépendantes des villes concernées.

Le vote et la proclamation auront lieu le mercredi 5 décembre 2018 à la Bibliothèque Alexis de Tocqueville à Caen. 

14 lycées ont été sélectionnés à l’issue de l’appel à candidatures, en association avec des librairies indépendantes :

Académie de Rouen

– lycée Val de Seine, Le Grand Quevilly (76) – L’Armitière à Rouen

– lycée Jean Moulin, Les Andelys (27) – Le Marque-Page Les Andelys

– lycée Marc Bloch, Val de Reuil (27) – A la Page à Louviers

– lycée Galilée, Franqueville-saint-Pierre (76)  L’Armitière à Rouen

– lycée Pablo Neruda, Dieppe (76) – La Grande Ourse à Dieppe

– lycée La Providence Mesnil Esnard (76) –  L’Armitière à Rouen

Académie de Caen

– Lycée Marcel Gambier, Lisieux (14) – Les Grands Chemins à Lisieux

– Lycée Jean-Paul II Coutances (50) – Librairie OCEP à Coutances

– Lycée Marguerite de Navarre, Alençon (61) – Le Passage à Alençon

– Lycée Jean Millet, Cherbourg (50) – Ryst à Cherbourg

– Lycée Jean Rostand, Caen (14) – Brouillon de Culture à Caen

– Lycée Victor Hugo, Caen (14) – Bouillon de Culture à Caen

Académie de Lille

– 2 établissements :

le lycée Colbert de Roubaix – Les Lisières à Roubaix

le lycée Pasteur de Lille – Les Lisons à Lille

 

femina_visuel

Blog

3ème sélection du Prix Femina

Voici notre dernière sélection avant l’attribution des Prix le 5 novembre.

7 romans français

  • Arcadie d’Emmanuelle Bayamack-Tam (P.O.L)
  • Trois enfants du tumulte d’Yves Bichet (Mercure de France)
  • Frère d’âme de David Diop (Seuil)
  • François, portrait d’un absent de Michaël Ferrier (Gallimard)
  • Idiotie de Pierre Guyotat (Grasset)
  • Le lambeau de Philippe Lançon (Gallimard)
  • Roissy de Tiffany Tavernier (Sabine Wespieser)

7 romans étrangers

  • Le monarque des ombres de Javier Cercas, traduit de l’espagnol par Aleksandar Grujicic, avec la collaboration de Karine Louesdon (Actes Sud)
  • La loi de la mer de Davide Enia, traduit de l’italien par Françoise Brun (Albin Michel)
  • Le cœur converti de Stefan Hertmans, traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin (Gallimard)
  • La neuvième heure d’Alice McDermott traduit de l’anglais par Cécile Arnaud (La Table ronde)
  • Les livres de Jakob d’Olga Tokarczuk traduit du polonais par Maryla Laurent (Noir sur blanc)
  • My absolute darling de Gabriel Tallent, traduit de l’anglais par Laura Derajinski (Gallmeister)
  • La marcheuse de Samar Yazbek, traduit de l’arabe par Khaled Osman (Stock)

8 essais

  • Histoire des crétins des Alpes d’Antoine de Baecque (La librairie Vuibert)
  • La France des Belhoumi de Stéphane Beaud (La Découverte)
  • Intérieur jour de Marc Dugain (Robert Laffont)
  • Camille Claudel de Colette Fellous (Fayard)
  • Gaspard de la nuit d’Elisabeth de Fontenay (Stock)
  • Il nous faudrait des mots nouveaux de Laurent Nunez (Cerf)
  • La citoyenneté à l’épreuve : la démocratie et les juifs de Dominique Schnapper (Gallimard)
  • Un temps pour haïr de Marc Weitzmann (Grasset)