Le blog d’Evelyne

Blog

APRES ?

J’ai retiré de mon blog le Journal de confinement rédigé du 15 mars au dimanche 10 mai. On a beaucoup critiqué ces Journaux mais ils sont l’équivalent pour un écrivain d’un bloc-note ou d’un carnet de croquis au fil des jours. J’ai beaucoup aimé écrire ces textes, j’ai essayé d’y refléter la  vie quotidienne, pas seulement la mienne, mais aussi celle de ceux qui m’entourent, du village où j’habite en Ile de France, de l’actualité en général. Beaucoup de ceux qui l’ont lu s’y sont reconnus et je les remercie de me l’avoir dit. Je l’ai écrit au jour le jour, sans toujours me relire et l’ai conçu dès le début comme un texte éphémère, à l’image de ces « concept stores » éphémères qui s’installent dans les villes et disparaissent.

Mais j’y confiais aussi des événements plus personnels, et je me suis aperçue que cela me gênait de mettre à la disposition de tous des sentiments intimes. Je n’ai laissé que ma Lettre à Noah, mon petit-fils né pendant l’épidémie.

Qu’est-ce que « l’après », sinon un enfant qui grandit ?

Nous votons pour les élections municipales aujourd’hui. Pour la première fois, à ma connaissance, des tensions et des attaques entre candidats ont eu lieu dans notre petite ville. J’espère que cela ne présage pas un « après » agressif et détestable à l’échelle nationale. La période que nous avons traversée devrait au contraire nous rendre plus précieux la vie, la beauté de la nature, l’amitié et l’art de vivre ensemble.

Espérons !

Blog

Lettre à mon petit-fils qui vient de naître

Samedi 2 mai 2020

 Mon petit Noah,

 Tu es né il y a quatre jours et quatre nuits. Tu portes le nom d’un homme qui durant quarante jours et quarante nuits fut ballotté sur les flots d’un déluge engloutissant la terre. C’est pur hasard, ce prénom, choisi par tes parents bien avant cette histoire d’arche dans laquelle nous sommes à notre tour enfermés. Un jour, mon petit Noah, on te racontera ce moment unique de l’histoire des hommes. Tu es arrivé dans notre ciel comme la colombe tenant dans son bec un rameau d’olivier. Dans quelques jours, nous allons pouvoir sortir un peu plus librement, nous promener, regarder autour de nous avec des yeux neufs. Pendant que tu étais dans le ventre de ta maman, bien des choses ont changé, tu sais. Nous ne pouvons plus embrasser nos amis ou leur serrer la main, nous ne pouvons plus aller et venir librement, sans crainte. Oui, pendant que tu étais bien au chaud dans cette bulle, nous avons appris la peur, la méfiance. La mort rôde autour de nous. Nous devons nous tenir éloignés les uns des autres. Nous pensions que ces épidémies appartenaient aux pays lointains ou au passé, et voici qu’on les vit au présent et chez nous. Certains portent déjà des masques et on ne peut même plus les voir sourire. Malgré tout, j’ai entendu cette chose extraordinaire : un tout petit bébé, même si on lui sourit avec un masque, le devine à nos yeux et sourit en retour. Pour l’instant, nous ne pouvons pas encore te voir, te prendre dans nos bras, déposer un baiser sur ta petite main. Ton papa a pu assister à ta naissance car c’était la nuit mais il a dû partir tout de suite après. Comme nous, il lui a fallu se contenter de petites vidéos. Drôle d’histoire ! Te voilà déjà filmé alors que Tual, ton petit frère de deux ans, est interdit d’écran. Tout est à l’envers, mon petit Noah. On marche sur la tête !  Mais tu es vite rentré avec ta maman dans ta maison et te voilà sur le canapé, tétant le sein en poussant des petits grognements de plaisir. Parfois, tu perds le téton, et tu t’énerves, pas content. Oui, nous sommes comme ça aussi, il faut bien le dire. Nous étions dans notre vie, plus ou moins agréable selon les personnes, et il a fallu s’habituer à nous passer de certaines choses dont on ne s’apercevait même pas qu’elles faisaient notre bonheur. Et maintenant qu’elles sont supprimées peut-être pour longtemps, on y pense avec nostalgie ! Je trouvais que je voyageais trop et aujourd’hui, je fais des listes de pays où j’aimerais aller, des pays du nord, je ne sais pas pourquoi.

Tu t’es endormi, un peu de lait coule encore de ta bouche, tu es repu, tout rose comme un porcelet, tu souris aux anges. Je ne te vois pas mais je sais que tes menottes bougent encore un peu. Ton petit corps est tout mou. Je me dis que tu vas grandir, apprendre à marcher et à parler. Tu vas vouloir prendre les jouets de ton frère, tu vas faire des colères, tu vas demander des câlins, tu vas découvrir les fleurs, les oiseaux, les petites bêtes, les mouches et les papillons. Et aussi, les voitures, les camions, les motos, tout ce qui fait du bruit et bouge vite. Tu vas courir, tu vas tomber et te relever, on soufflera sur le bobo et ça ira mieux. Tu repartiras sur tes petites jambes et tu riras aux éclats.

Après le déluge, nous raconte la Bible, Dieu proposa un signe d’alliance à Noé et à ses descendants, l’humanité nouvelle : ce serait l’arc-en-ciel, ce merveilleux prime de couleurs qui vient au soleil après la pluie. Cher petit Noah, je ne sais pas quel sera le monde d’après. Certains pensent qu’il sera meilleur, que nous tirerons les leçons de cette épidémie. Je n’y crois guère mais espérons. Saurons-nous protéger notre terre ? Dans quel monde vivrez-vous ton frère et toi, quand vous serez adulte ? Noé, lui, s’installa sur une terre et cultiva la vigne. N’est-ce pas une belle image ? A ta santé, petit Noah, Le Haïm, à la vie !

Blog

Femina des lycéens

Après  Tropique de la violence de Nathacha Appanah, Ma reine de Jean-Baptiste Andréa et Je voudrais que la nuit me prenne d’Isabelle Desesquelles, quel sera le roman lauréat du 4ème  Femina des lycéens ? 

Cette année , quinze lycées participent à notre Prix, dans les académies de Normandie, de Lille et  d’Amiens. De la classe de seconde aux étudiants de BTS, ils lisent les livres de la 2ème sélection du Femina et rencontrent les auteurs : Dominique Barbéris, Victor Jestin, Victoria Mas, Alexis Ragougneau, Monica Sabolo et Karine Tuil se sont déplacés pour  parler avec eux. Qu’ils en soient remerciés !

Réponse le mercredi  4 décembre à Rouen !

Et c’est finalement La chaleur du jeune Victor Jestin (Flammarion) que les lycéens ont plébiscité.

 

Blog

Femina 1ère sélection

Romans français

  • Le ciel par-dessus le toit de Nathacha Appanah (Gallimard)
  • Quand la parole attend la nuit de Patrick Autréaux(Verdier)
  • Un dimanche à Ville-d’Avray de Dominique Barbéris (Arléa)
  • Un autre Eden, de Bernard Chambaz (Seuil)
  • Unpur d’Isabelle Desesquelles (Belfond)
  • Scrabble de Michael Ferrier (Mercure de France)
  • Les grands cerfs de Claudie Hunzinger (Grasset)
  • La chaleur de Victor Jestin (Flammarion)
  • Chronique d’une station-service d’Alexandre Labruffe (Verticales)
  • La tentation de Luc Lang (Stock)
  • Le bal des folles de Victoria Mas (Albin Michel)
  • Avant que j’oublie d’Anne Pauly (Verdier)
  • Par les routes de Sylvain Prudhomme (Gallimard)
  • Opus 77 d’Alexis Ragougneau (Viviane Hamy)
  • Eden de Monica Sabolo (Gallimard)
  • Les choses humaines de Karine Tuil (Gallimard)

Romans étrangers

  • La fracture de Nina Allan, traduit par Bernard Sigaud (Tristram)
  • Je ne reverrai plus le monde d’Ahmet Altan, traduit par Julien Lapeyre de Cabanes (Actes Sud)
  • Borgo Vecchio de Giosuè Calaciura, traduit par Lise Chapuis (Notabilia)
  • Le grand royaume des ombres d’Arno Geiger, traduit par Olivier Le Lay (Gallimard)
  • La fabrique des salauds de Chris Kraus, traduit par Rose Labourie (Belfond)
  • Les hommes d’août de Sergueï Lebedev traduit par Luba Jurgenson (Verdier)
  • Bleuets de Maggie Nelson, traduit par Céline Leroy (Sous-Sol)
  • L’ami de Sigrid Nunez, traduit par Mathilde Bach (Stock)
  • Girl d’Edna O’Brien, traduit par Aude de Saint-Loup et Pierre-Emmanuel Dauzat (Sabine Wespieser)
  • Appia de Paolo Rumiz, traduit par Béatrice Vierne (Arthaud)
  • Ordesa de Manuel Vilas, traduit par Isabelle Gugnon (Sous-Sol)

 

Blog

Intérieurs et autres paysages

L’exposition de Jean-François Sineux, qui a illustré la couverture de Mes maisons d’écrivains est une merveille de célébration de la vie et de l’intimité. Colorée, vivante, poétique, son oeuvre décline des intérieurs, des jardins, des vérandas printanières, des maisons qu’on devine chaleureuses même quand il fait froid. Les fleurs, les fruits, les légumes, les animaux, les enfants : tout ce qui vit y a sa place.

Galerie Place des Arts

9 rue des Croisiers

14 000 Caen

du 5 au 15 mai 2019 (0608438923)

Blog

Impression…

J’en rêvais depuis longtemps : assister à l’impression de l’un de mes livres.

Plus j’avance dans ce « métier » d’écrivain, plus je m’aperçois que contrairement à la légende, ce n’est pas une activité solitaire. On parle de la « chaîne » du livre. C’est si vrai ! Bien sûr, l’écriture elle-même est un exercice individuel, qu’il se pratique dans la solitude ou dans un lieu fréquenté. Mais

Continuer la lecture de Impression…

Blog

Janvier 2019

Le début de cette année nous oblige à une réflexion sur notre positionnement personnel face aux questions posées par les « gilets jaunes », face aussi à la violence, aux destructions, aux blocages. Ce blog n’ayant pas pour vocation d’exprimer mes positions politiques, je me contenterai d’affirmer l’espoir que le dialogue l’emporte sur la violence et la démocratie sur les factions. Ces événements auront eu l’avantage d’engager le débat. Plus que jamais, il me semble important de nous relier aux autres, de parler et d’agir de façon désintéressée, tolérante et si possible généreuse. L’amour, l’amitié, la beauté, la gentillesse, la culture sont plus que jamais nécessaires. Cela vous paraît niais ? Pour moi, c’est essentiel. 

Continuer la lecture de Janvier 2019

Blog

Prix Femina des lycéens

ab5a5527-2445-4fc2-83b9-8d84353b1b16

Isabelle Desesquelles  est la lauréate du 3e Prix Femina des lycéens avec Je voudrais que la nuit me prenne (Belfond).

Au cours d’une journée festive, dans la nouvelle (et somptueuse) bibliothèque Alexis de Tocqueville de Caen, les 14 délégués, venus de toute la Normandie ainsi que de Lille et Tourcoing, ont délibéré. Les débats ont été animés.

Continuer la lecture de Prix Femina des lycéens