Blog

Blog

Lettre à mon petit-fils qui vient de naître

Samedi 2 mai 2020

 Mon petit Noah,

 Tu es né il y a quatre jours et quatre nuits. Tu portes le nom d’un homme qui durant quarante jours et quarante nuits fut ballotté sur les flots d’un déluge engloutissant la terre. C’est pur hasard, ce prénom, choisi par tes parents bien avant cette histoire d’arche dans laquelle nous sommes à notre tour enfermés. Un jour, mon petit Noah, on te racontera ce moment unique de l’histoire des hommes. Tu es arrivé dans notre ciel comme la colombe tenant dans son bec un rameau d’olivier. Dans quelques jours, nous allons pouvoir sortir un peu plus librement, nous promener, regarder autour de nous avec des yeux neufs. Pendant que tu étais dans le ventre de ta maman, bien des choses ont changé, tu sais. Nous ne pouvons plus embrasser nos amis ou leur serrer la main, nous ne pouvons plus aller et venir librement, sans crainte. Oui, pendant que tu étais bien au chaud dans cette bulle, nous avons appris la peur, la méfiance. La mort rôde autour de nous. Nous devons nous tenir éloignés les uns des autres. Nous pensions que ces épidémies appartenaient aux pays lointains ou au passé, et voici qu’on les vit au présent et chez nous. Certains portent déjà des masques et on ne peut même plus les voir sourire. Malgré tout, j’ai entendu cette chose extraordinaire : un tout petit bébé, même si on lui sourit avec un masque, le devine à nos yeux et sourit en retour. Pour l’instant, nous ne pouvons pas encore te voir, te prendre dans nos bras, déposer un baiser sur ta petite main. Ton papa a pu assister à ta naissance car c’était la nuit mais il a dû partir tout de suite après. Comme nous, il lui a fallu se contenter de petites vidéos. Drôle d’histoire ! Te voilà déjà filmé alors que Tual, ton petit frère de deux ans, est interdit d’écran. Tout est à l’envers, mon petit Noah. On marche sur la tête !  Mais tu es vite rentré avec ta maman dans ta maison et te voilà sur le canapé, tétant le sein en poussant des petits grognements de plaisir. Parfois, tu perds le téton, et tu t’énerves, pas content. Oui, nous sommes comme ça aussi, il faut bien le dire. Nous étions dans notre vie, plus ou moins agréable selon les personnes, et il a fallu s’habituer à nous passer de certaines choses dont on ne s’apercevait même pas qu’elles faisaient notre bonheur. Et maintenant qu’elles sont supprimées peut-être pour longtemps, on y pense avec nostalgie ! Je trouvais que je voyageais trop et aujourd’hui, je fais des listes de pays où j’aimerais aller, des pays du nord, je ne sais pas pourquoi.

Tu t’es endormi, un peu de lait coule encore de ta bouche, tu es repu, tout rose comme un porcelet, tu souris aux anges. Je ne te vois pas mais je sais que tes menottes bougent encore un peu. Ton petit corps est tout mou. Je me dis que tu vas grandir, apprendre à marcher et à parler. Tu vas vouloir prendre les jouets de ton frère, tu vas faire des colères, tu vas demander des câlins, tu vas découvrir les fleurs, les oiseaux, les petites bêtes, les mouches et les papillons. Et aussi, les voitures, les camions, les motos, tout ce qui fait du bruit et bouge vite. Tu vas courir, tu vas tomber et te relever, on soufflera sur le bobo et ça ira mieux. Tu repartiras sur tes petites jambes et tu riras aux éclats.

Après le déluge, nous raconte la Bible, Dieu proposa un signe d’alliance à Noé et à ses descendants, l’humanité nouvelle : ce serait l’arc-en-ciel, ce merveilleux prime de couleurs qui vient au soleil après la pluie. Cher petit Noah, je ne sais pas quel sera le monde d’après. Certains pensent qu’il sera meilleur, que nous tirerons les leçons de cette épidémie. Je n’y crois guère mais espérons. Saurons-nous protéger notre terre ? Dans quel monde vivrez-vous ton frère et toi, quand vous serez adulte ? Noé, lui, s’installa sur une terre et cultiva la vigne. N’est-ce pas une belle image ? A ta santé, petit Noah, Le Haïm, à la vie !

Blog

Janvier 2019

Le début de cette année nous oblige à une réflexion sur notre positionnement personnel face aux questions posées par les « gilets jaunes », face aussi à la violence, aux destructions, aux blocages. Ce blog n’ayant pas pour vocation d’exprimer mes positions politiques, je me contenterai d’affirmer l’espoir que le dialogue l’emporte sur la violence et la démocratie sur les factions. Ces événements auront eu l’avantage d’engager le débat. Plus que jamais, il me semble important de nous relier aux autres, de parler et d’agir de façon désintéressée, tolérante et si possible généreuse. L’amour, l’amitié, la beauté, la gentillesse, la culture sont plus que jamais nécessaires. Cela vous paraît niais ? Pour moi, c’est essentiel. 

Continuer la lecture de Janvier 2019

Blog

2ème Femina des lycéens

Deux académies étaient concernées cette année par le Femina des lycéens : celle de Rouen et celle de Caen, auxquelles s’ajoute un établissement de l’académie de Créteil. En tout, 13 classes de Première, soit environ 400 élèves. Notre Prix s’appuie aussi sur des librairies indépendantes, qui prêtent des lots de livres : L’Armitière à Rouen, Le Détour à Granville, Brouillon de culture à Caen, Le Passage à Alençon, La Curieuse à Argentan, et Mille et une pages à Avranches. Qu’ils en soient remerciés !

F des lycéens 2017

Voici la liste des établissements qui ont  participé  au Femina des lycéens 2017 :

Continuer la lecture de 2ème Femina des lycéens

Blog

Jardins

Les Rendez-vous des jardins les 3 et 4 juin : l’ occasion de visiter le merveilleux Potager du Roi à Versailles :

Nashi Flash 1706 RdvJMM P M

Et dans toutes les bibliothèques parisiennes ou presque, on fête aussi les jardins de mai à septembre. C’est dans ce cadre  des « Incroyables jardins »que j’interviendrai le jeudi 8 juin à 19h à la Bibliothèque Amélie dans le 7ème arrondissement.

Incroyables jardins

 

Il Giorno

Le mois de mars a vu le début de l’ exposition très attendue du Grand Palais, (sobrement) intitulée « Jardins ».

A cette occasion, parution (le 8 mars en kiosque) d’un hors-série Télérama intitulé L’Imaginaire des jardins, sous la direction de Luc Le Chatelier. De nombreuses contributions, dont celles de Monique Mosser, Alain Baraton, Charlotte Fauve et bien d’autres. J’ai eu le grand plaisir d’y participer pour cinq articles sur les écrivains et les jardins : Boccace, Rousseau, Thoreau, Flaubert et Benoîte Groult.

HS_Jardins_couverture_Durer

De très belles illustrations dont la couverture, un tableau peu connu de Dürer, font de ce numéro un réussite absolue.

Exposition au Grand Palais du 15 mars au 24 juillet :

affiche-jardin

Jardins

Et aussi, au Centre Beaubourg de Metz, à partir du 16 mars : « Le jardin infini : de Giverny à l’Amazonie » :

Le jardin infini

Sur Arte, à partir du 20 mars, reprise de la série documentaire :

Jardins d’ici et d’ailleurs

 

 

Blog

Charlotte Delbo

 charlotte-delbo

Suite aux accusations injustes  portées contre le livre de Ghislaine Dunant Charlotte Delbo La vie retrouvée (Grasset),  Prix Femina  de l’essai, voici la mise au point de l’auteure, parue sur le site La République des livres.

Cet épisode m’a permis de prendre la mesure de l’effet viral et destructeur des réseaux sociaux quand ils sont manipulés. Méfions -nous des « passions tristes », et avec Charlotte Delbo, revenons à ce qui importe vraiment.

Charlotte Delbo